En fédérant la filière de la Silver Economy ...

  • Le 12/12/2013
  • Lieu: Ministère du Redressement Productif

Le 12 décembre 2013, le ministre du Redressement productif, Arnaud de MONTEBOURG et Madame Michèle DELAUNAY, ministre déléguée chargée des Personnes âgées et de l’Autonomie, signe le contrat de filière de la Silver Economy.

 

La Silver Economy correspond à l’ensemble des activités économiques et industrielles (robotique, domotique, télésurveillance, équipement de l’habitat, bouquets de service... ) qui s’adressent aux seniors. Il s’agit d’un marché très porteur puisque, selon une étude du Crédoc, ce segment de la population assurera en 2015, une majorité des dépenses (54%) sur les différents marchés et en 2050, il y aura 2 milliards d’âgés dans le monde.

Par la signature du contrat de filière, le gouvernement «s’associe» un peu plus en plus aux entreprises privées afin de promouvoir l’économie liée au vieillissement de la population. Le cadre définit par les ministres a pour but de lever les freins, identifiés par les acteurs de la filière, qui sont liés à l’offre, la demande, la distribution, le financement, la labellisation, l’organisation.

Il s’articule sur plusieurs axes :

 

  • créer les conditions d’émergence d’un grand marché,
  • favoriser l’émergence d’une offre compétitive,
  • exporter les produits et les technologies de la Silver économie,
  • communiquer positivement sur les âgés et le «bien vieillir» auprès du grand public et des distributeurs, - créer des innovations dans ce secteur.

 

Comme monsieur le Ministre l’a affirmé, ce contrat n’est qu’un point de départ...

En effet, l’Etat a défini la Silver Economy comme secteur d’activité prioritaire, qu’il considère comme stratégique en terme d’emploi, d’influence, de technologie afin d’impulser une dynamique entrepreneuriale, qui sera portée par ses acteurs.

 

Cependant, l’axe labellisation ne doit pas, à notre avis, se réduire à la création de nouvelles normes de régulation. En effet, de nouvelles normes pourraient pénaliser un peu plus les entreprises françaises face à la concurrence internationnale.

Nous défendons l’idée que les normes ne nous semblent pas être le seul moyen d’asseoir la confiance des consommateurs seniors dans les produits et services proposés par ce secteur.

 

 

Parce que la confiance, selon l’Oxford English Dictionary est «l’espoir d’un individu ou d’un groupe que la parole, promesse, engagement écrit ou oral d’un autre individu ou groupe sera tenu».

Par conséquent, l’élément capital de la confiance, se situe dans l’espérance d’un contractant que son co-contractant ne le trompera pas, ne l’abusera pas.»

 

Aussi- comment mieux restaurer la confiance qu'en labellisant les pratiques commerciales des commerciaux ?

 

Beaucoup de litiges naissent du fait des discours tenus par certains commerciaux qui ne sont pas en adéquation avec ce que leur entreprise peut réellement faire, ou avec le produit proposé.

Prenons l’exemple de la vente de pompes à chaleur. Certains commerciaux font, des réductions d’impôts, le premier argument de vente. Résultat, les installations sont souvent sous dimentionnées à la surface de l’habitation, car le client n’achète plus une installation mais une réduction d’impôt. Ce qui aura pour conséquence de générer un litige et discréditera, à tort, ce type de chauffage.

Le référentiel sur lequel s’appuie Choisir en Confiance pour ses audits ne repose pas sur de nouvelles normes...mais sur le respect de l’éthique, de la loyauté et de la réglementation existante. L’éthique est pris dans le sens du respect des valeurs, du bien agir.

La procédure de labellisation a pour but de sensibiliser «les hommes et les femmes» et de matérialiser leur engagement de «bien faire». Beaucoup d’entreprises insèrent dans leur contrat des clauses «de déontologie, d’éthique» mais elles sont simplement déclaratoires, et souvent peu respectées, car elles ne comportent aucune sanction.

Pour être crédible, l’affichage de valeurs ne doit par résulter que d’une simple stratégie marketing visant à rassurer le consommateur. Elle doit être la marque d’une véritable volonté d’aborder la relation commerciale dans le respect des intérêts des deux parties. En cas de manquements aux engagements, Choisir en Confiance, sanctionne, si nécessaire, en «délabellisant» l’adhérent.

La labellisation Choisir en Confiance correspond à un réel besoin de l’entreprise de se redonner une image sous l’aune de la morale, suite à la crise financière de 2008 et la crise des valeurs qu’elle a générée. En effet, nous constatons, que la prise de conscience progresse, notamment par la mise en avant des valeurs de l’écologie et du développement durable par les entreprises. Mais, elles doivent, aller plus loin dans leur démarche de revalorisation.

Nous sommes donc des pionniers. Notre objectif est aussi d’interpeller les acteurs économiques sur la distorsion qui existe, souvent, entre les valeurs affichées par le «citoyen » et celle du même citoyen, lorsqu’il enfile l’habit d’un professionnel de la vente face à un client.

Choisir en Confiance est donc un acteur fédérateur de cette nouvelle économie qui nécessite de nouer des partenariats pour renforcer notre compétitivité dans ce domaine en apportant des services prenant en compte les particularismes du senior.

Prenez de l’avance et..... adhérez à Choisir en Confiance !...

Réagir


  • CAPTCHA

Espace Membre

Nous joindre !

}